Crises de la biopolitique

Colloque à Lille les 19 et 20 octobre 2022

Le colloque « Crises de la biopolitique » représente une étape supplémentaire dans une série de manifestations scientifiques programmées alternativement depuis 2015 au Brésil (Curitiba) et en France (Lille) dans le cadre du développement du réseau de recherches « TaFac » (« Travailler avec Foucault : approches contemporaines »).
Le colloque programmé les 19 et 20 octobre prochains à Lille fait également suite à la publication de deux dossiers de revues : celui de Materiali Foucaultiani (Dossier « Vie, violence, pouvoir. Figures et frontières de la biopolitique », vol. VIII, n°15-16, 2019 ; coordonné par Ph. Sabot à partir d’un colloque qui s’est tenu à Lille en octobre 2019 – http://www.materialifoucaultiani.org/) ; et celui de la Revista de Filosofia Aurora (Dossier « Biopolítica e seus Desdobramentos » [« La biopolitique et ses évolutions »], 2022, v.34, n.61 ; coordonné par Ph. Sabot et Cesar Candiotto – https://periodicos.pucpr.br/aurora/issue/view/2056).

Depuis le colloque « Vie, violence, pouvoir » (qui s’est tenu à Lille en octobre 2019), il est clair que les enjeux contemporains de la biopolitique ont été profondément renouvelés, en particulier du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 et également de la mise à l’épreuve d’une gouvernementalité néolibérale dans ce contexte de crise. Dans le prolongement des réflexions collectives menées avec le groupe de recherche «TaFac» , l’objectif du colloque « Crises de la biopolitique » est double :il s’agit, d’une part, d’analyser les différentes crises (sanitaires, sociales, écologiques) qui ont pu affecter ou révéler le paradigme biopolitique de nos sociétés contemporaines dans la période la plus récente ;il s’agit, d’autre part, d’étudier la mise en crise de ce paradigme lui-même, en tant qu’il est confronté à l’émergence d’une thanatopolitique (c’est-à-dire d’une gestion différentielle des vies humaines) ou encore à son propre décentrement dans le cadre de la prise en compte d’un gouvernement non anthropocentrique du vivant.
L’objectif de ce colloque est donc de dresser un bilan des recherches menées depuis 3 ans au sein du groupe « TaFac » sur la question biopolitique à un moment où la crise sanitaire et la crise écologique en renouvellent en profondeur les enjeux et en font apparaître des dimensions éthiques, politiques et sociales inédites.

L’un des axes du colloque sera donc consacré à la mise à l’épreuve contemporaine du concept de biopolitique : en revenant en particulier sur la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, il s’agira d’interroger la pertinence critique de ce concept pour penser l’évolution de sociétés du risque confrontées au paradigme de la biosécurité.

Un autre axe consistera à mettre au jour les enjeux éthiques et politiques de ce concept qui, d’une part, commande un certain rapport entre la vie et la mort (mais que signifie « faire vivre et laisser mourir » à l’échelle des relations interindividuelles comme à l’échelle d’une population ?) et qui, d’autre part, renouvelle en profondeur notre rapport (humain) aux vivants et aux milieux de vie dans lesquels ils évoluent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.