“Vie, violence, Pouvoir” (ViiP) : un nouveau projet de recherche en préparation

Mis en avant

— Le biopouvoir et l’action des normes

Le projet « ViiP » trouve son point de départ dans l’hypothèse du bio-pouvoir telle qu’elle est introduite par Michel Foucault dans le dernier chapitre de La Volonté de savoir (1976). Avec cette notion de biopouvoir, Foucault semble avoir définitivement évacué l’appréhension répressive du pouvoir de la norme. Le pouvoir ne se définit plus comme une technique de domination. Le contrôle social change de nature, en quittant la dimension coercitive des disciplines appliquées à des corps individuels déviants pour rejoindre la dimension préventive d’une régulation d’actions possibles à l’échelle d’une population.

Le projet « ViiP » vise à la fois à explorer les enjeux d’une telle hypothèse, en les confrontant à des questionnements contemporains qui attestent de son actualité et de ses reformulations possibles.

— Sexualité et médecine, points d’application privilégiés du biopouvoir

La distinction proposée entre mécanismes disciplinaires et mécanismes régulateurs en 1976 invite à penser l’articulation entre ces deux familles de technologies de pouvoir. Or, cette articulation se donne aussi bien à voir dans le rôle attribué dans les sociétés occidentales modernes par la sexualité que dans l’essor de la médecine comme science et comme technique politique. Une généalogie du biopouvoir permettra de rendre compte non seulement de ces points d’application privilégiés (sexualité et médecine) mais aussi de leur croisement dans la dimension des biopolitiques de la sexualité et de la santé (à travers la préoccupation pour la « santé de la race » à partir du 19e siècle) et de leur développement contemporain (à travers l’encadrement bio-juridique de la santé sexuelle ou même les questionnements bioéthiques sur la médecine reproductive). Dans cette perspective, on interrogera de manière critique le biopouvoir comme pouvoir de normalisation prenant appui sur des outils de mesure et de gestion de plus en plus perfectionnés qui réassurent la dimension d’un contrôle social des comportements potentiellement déviants.

— Faire vivre ou laisser mourir

Il importe également de relever certaines difficultés présentes dans la démarche de Foucault lorsqu’il s’attache à déployer des figures historiques du biopouvoir. Notamment, comment un pouvoir qui a pour objectif le soin ou la majoration de la vie peut-il laisser mourir ou exposer volontairement à la mort ? Foucault assume en un sens cette difficulté en montrant que, dans le cadre d’un pouvoir « de faire vivre ou de rejeter dans la mort » qui se substitue au « vieux droit de faire mourir ou de laisser vivre », le seul moyen pour les États de parvenir à exercer leur pouvoir souverain de tuer est de se fonder sur le « racisme », à définir comme l’introduction, dans le continuum biologique de l’espèce humaine, d’un nouveau partage entre ce qui doit vivre et ce qui doit mourir. À partir d’un tel partage, la hantise de la « dégénérescence » a pu imprégner le discours politique jusqu’à développer des projets socio-médicaux de nature eugéniste : le dégénéré, mais aussi le débile mental, le délinquant ou l’adversaire politique ont pu être identifiés comme la « race » à éliminer afin de préserver la qualité biologique de la population. De tels programmes biopolitiques racistes méritent d’être réinterrogés au regard des actualisations contemporaines du partage entre la vie qui peut être soutenue et celle qui ne le mérite pas (Butler, Ogilvie), par exemple dans le cadre des politiques migratoires (Fassin).

— Violence, vulnérabilité, reconnaissance

Ces considérations ouvrent à un triple développement.

Tout d’abord, la reconfiguration du pouvoir autour de l’alternative du « faire vivre ou laisser mourir » fait signe vers des propositions théoriques originales qui définissent la biopolitique en termes de violence et même de violence extrême, mettant à jour la dimension d’une « vie nue », ex-ceptée en quelque sorte par l’exercice d’un pouvoir réinvesti dans sa souveraineté (Agamben).

Ensuite, il est possible d’interroger à partir d’une autre perspective la réinscription de la violence au cœur de l’exercice du biopouvoir en partant des effets produits par une telle violence en termes d’assignation identitaire ou en termes de différenciation-hiérarchisation de la valeur des vies humaines en fonction de leur conformation à des normes de vie naturalisées et contraignantes (Butler). Le thème d’une exposition différenciée des individus ou de catégories de population à la contrainte de ces normes permet ainsi de situer, au cœur des interrogations les plus contemporaines sur le biopouvoir, la question de la vulnérabilité, elle-même envisagée dans ses dimensions vitale, sociale et symbolique (avec la vulnérabilité linguistique).

Enfin, dès lors qu’il apparaît que le développement du biopouvoir s’accompagne non seulement de celui d’outils de la régulation sociale (statistiques, algorithmes) mais aussi de l’exercice d’une certaine forme de violence, dévoilant les formes fondamentales d’une vulnérabilité des vies humaines, la question se pose de savoir de quelles ressources critiques et pratiques les vivants en butte à cette violence disposent pour la contrer ou du moins pour en déjouer les effets les plus violents. Il faut s’interroger sur les modalités d’une reconnaissance de cette condition de vulnérabilité et sur les actions (sociales, politiques, juridiques) qui sont susceptibles de produire des formes d’empowerment de ces vivants. Il importe en particulier de clarifier la dimension potentiellement violente requise par cette visée restauratrice, en posant par conséquent le délicat problème de la justification des violences dans la perspective ouverte par les conflits de reconnaissance. 

Colloque Vie, violence, Pouvoir (ViiP)

Ce colloque international s’inscrit dans le cadre d’une coopération scientifique internationale autour des enjeux contemporains de la « biopolitique ». Il s’agit, lors de ces rencontres à Lille les 2 et 3 octobre 2019, de lancer un programme de recherche ambitieux, impliquant notamment des chercheurs français, brésiliens, italiens, argentins.

Le programme de recherche « Vie, Violence, Pouvoir » (ViiP) a pour point de départ l’hypothèse du biopouvoir telle qu’elle est formulée par Foucault au milieu des années 1970. Il s’agit à la fois d’explorer les présupposés qui soutiennent cette hypothèse afin d’en restituer la généalogie interne et de les confronter à ses propres héritages ainsi qu’aux questionnements contemporains qui permettent d’en évaluer l’actualité, la pertinence et peut-être aussi les limites et les nécessaires reformulations.

Ce programme de travail comporte trois axes principaux.

Un premier axe concerne la multiplication et la diversification des dispositifs de contrôle des corps (corps individuel et corps-espèce) qui se déploient au point de croisement d’une médicalisation du social et d’une régulation du sexuel. Il convient ainsi d’interroger aussi bien les formes historiques prises par ces modes de gestion du vivant humain et leur concentration sur la dimension de la sexualité que les nouvelles normes du vivant qui organisent et distribuent la multiplicité des corps en vue de prévenir les risques d’une déviance ou d’une dégénérescence et d’assurer une certaine normalisation des conduites.

Un deuxième axe se concentre alors sur le paradoxe d’un pouvoir sur la vie qui s’exerce d’autant plus efficacement qu’il produit le rejet violent ou même l’anéantissement de certaines vies, jugées indignes d’être vécues. Pour interroger ce rapport entre biopolitique et nécropolitique, au cœur de l’histoire du « racisme » d’État mais aussi des politiques migratoires contemporaines, il convient d’une part de restituer les logiques d’exclusion qui le soutiennent, d’autre part de nouer la construction d’identités négatives aux formes de vulnérabilité dont elles procèdent. Au cœur du questionnement se trouve alors la réalité de ces vies vulnérables, qui se trouvent potentiellement exposées à l’exercice d’une violence directe ou indirecte, mais aussi à la souffrance sociale d’un déni de reconnaissance.

Le troisième axe du programme « ViiP » envisage les modalités d’une résistance à ces formes de vulnérabilité qui font obstacle à l’expression d’une vie bonne, bénéficiant d’une reconnaissance sociale de sa valeur et de son autonomie. Le questionnement proposé concerne notamment le rapport entre résistance, violence et émancipation. Peut-on penser la résistance sans la violence ? Et indépendamment de la visée normative d’une reconnaissance qui est l’objet d’une lutte et qui mérite elle-même d’être définie dans ses contenus pour mieux être assumée ?

Mercredi 2 octobre (Université de Lille – Campus du Pont-de-bois, V. d’Ascq)

Session 1 –  Pouvoir et vie

9h45.  Philippe Sabot (Université de Lille) : « Vie, violence, pouvoir : enjeux et problèmes »

10h45. Carolina Verlengia (ENS-LSH) : « Biopolitique, usages et évolutions d’un concept »

11h45. Amaury Delvaux (Université de Namur) : « Le pouvoir au-delà de la représentation : le bio-pouvoir »

Session 2 –  Figures et frontières de la biopolitique

14h30. Cesar Candiotto (PUC-PR, Curitiba) : « Les nouvelles frontières de la biopolitique »

15h30. Marion Farge (Université de Lille) : « Violence, pouvoir et psychiatrie : du « grand renfermement » à la « psychiatrisation de la vie quotidienne » »

16h30. David Simard (Université Paris-Est) : « Les discours de santé sexuelle depuis le 19e siècle »

Jeudi 3 octobre (MESHS, 2, rue des Canonniers, Lille)

Session 3 –  Violences et résistances

9h30. Valentina Antoniol (Université de Bologne) : « Foucault, une pensée de la force. Sur la nécropolitique et la violence, au-delà de l’Un »

10h30. André Duarte (UFPR, Curitiba) : « Bacurau I : Biopolitique, nécropolitique et néolibéralisme dans le ‘sertão’ brésilien »

11h30. Maria Rita Cesar (UFPR, Curitiba) : « Bacurau II : La résistance sera queer »

Session 4 – Droit, violence, reconnaissance

14h30. Stéphane Zygart (Université de Lille) : « Droit, puissance, non-violence : configurations contemporaines »

15h30. Cécile Lavergne (Université de Lille) : « La violence de la reconnaissance dans la sociologie critique de Pierre Bourdieu »

16h30. Marcelo Raffin (Université de Buenos Aires) : « Pouvoir sur la vie et droits humains »

Cesar Candiotto, Professor visitante na universidade de lille (mars 2018)

https://www.pucpr.br/escola-de-educacao-e-humanidades/2018/destaque/cesar-candiotto-foi-professor-visitante-na-universidade-de-lille-na-franca/

Cesar Candiotto foi Professor Visitante na Universidade de Lille, na França
Candiotto é docente dos Programas de Pós-Graduação em Filosofia e Direitos Humanos e Políticas Públicas da PUCPR.
Docente do curso de Filosofia, das Pós-Graduações em Filosofia e Direitos Humanos e Políticas Públicas da Escola de Educação e Humanidades, Cesar Candiotto atuou como professor visitante na Université de Lille (França) entre março e abril de 2018. A atividade faz parte do Projeto internacional TaFaC (Travailler avec Foucault: approches contemporaines), financiado pela Université de Lille, em parceria com os mestrados e doutorados em Filosofia da PUCPR e da UFPR.Durante sua estadia, o professor ministrou seminários semanais sobre seus estudos desenvolvidos nos últimos anos na PUCPR e financiados pela Bolsa de Produtividade em Pesquisa do CNPq. Ele participou como conferencista do II Colloque International do Projeto TafaC, Discours et politiques de l’identité – avec et d’après Foucault, realizado nos dias 19-20 de março em Lille, no qual também palestrou seu pós-doutorando em Filosofia PUCPR/CNPq, Daniel Verginelli Galantim.

O professor colaborou ainda na animação do Rencontre Doctorale du Centre Michel Foucault no Institut Mémoires des Éditions Contemporaines (IMEC), nos dias 14-16 de março de 2018, situado na Abadía d’Ardenne, em Caen, no qual sua doutoranda Stela Maris da Silva apresentou sua pesquisa em curso no PPGF/PUCPR. Além disso, acompanhou dois seminários em Lille, sobre Conflitualidade e sociedade e sobre a questão do trabalho no mundo contemporâneo.

Todas as atividades foram patrocinadas pela Université de Lille, a convite do Prof. Dr. Philippe Sabot, Vice-Presidente de Pesquisa do Centro de Ciências Humanas e Sociais daquela Universidade e atual presidente do Centro Michel Foucault. O prof. Philippe, que esteve na PUCPR e na UFPR em novembro de 2017 no Séminaire Penser l’identité et le sujet avec Foucault, será um dos conferencistas no XI Colóquio Internacional Michel Foucault, a realizar-se entre 25-29 de setembro de 2018 em Florianópolis, do qual o prof. Cesar é um dos coorganizadores.

“Além do Laboratório UMR 8163 Saberes, Textos, Linguagens e do Escritório de Relações internacionais da Universidade de Lille, gostaria de agradecer à PUCPR, especialmente à Pró-Reitoria de Pós-Graduação, Pesquisa e Inovação, à Diretoria de Relações Internacionais, ao Decanato da Escola de Educação e Humanidades, ao Programa de Pós-Graduação em Filosofia e ao Curso de Filosofia, sem os quais não teria sido possível essa excelente experiência de trabalho”, conclui o prof. Cesar.

Essas e outras atividades fazem parte de uma bem-sucedida estratégia de internacionalização da pesquisa, conduzida por essas diversas instâncias da PUCPR, e especificamente pelo Programa de Pós-Graduação em Filosofia (Nota 5 na CAPES).

Continuer la lecture

Séminaire Penser l’identité et le sujet avec Foucault – Curitiba, 22-23 novembre 2017

Lors de ces deux journées de séminaire, on s’est proposé de convoquer différentes approches de l’identité et du sujet contemporains, en partant des travaux que Foucault a pu consacrer à ces deux thématiques et en élargissant aussi la réflexion aux études que ces travaux ont pu susciter (par exemple dans le domaine des études de genre).

On a ainsi pu mettre en débat les perspectives éthiques et politiques ouvertes par Foucault au moins depuis La Volonté de savoir et jusqu’à ses derniers cours. Ont été interrogées les figures du sujet et de la subjectivation qui émergent d’une archéologie de la littérature, d’une généalogie de la psychanalyse, d’une confrontation aux pratiques chrétiennes de la chair ou encore d’une interrogation sur les possibles prises du sujet sur sa propre formation transformation dans l’ordre sociopolitique.

Lors de chacune des deux journées de séminaire, la matinée a été consacrée à des conférences plénières, suivies l’après-midi de présentations de travaux par des doctorants et postdoctorants français et brésiliens impliqués dans le programme TaFaC (« Travailler avec Foucault : approches contemporaines »). Continuer la lecture

Colloque international “Discours et politiques de l’identité – avec et d’après Foucault” (Lille, 19 et 20 mars 2018)

Le colloque « Discours et politiques de l’identité – avec et à partir de Foucault » (Lille 19 et 20 mars 2018) s’inscrit dans le cadre du projet « TaFac » (Travailler avec Foucault : approches contemporaines), qui s’appuie notamment sur un partenariat entre l’Université de Lille, l’UFPR et la PUCPR de Curitiba (Brésil).

« TaFac » se propose d’évaluer et de discuter l’actualité de notions centrales de la pensée foucaldienne comme celles de biopolitique, de gouvernementalité, d’assujettissement et de subjectivation, de norme (normalisation/normation), de résistance, d’identité. Cela suppose à la fois de restituer à ces différentes notions leur ancrage théorico-pratique, d’établir leur point d’émergence au sein des généalogies foucaldiennes et d’évaluer leur pertinence pour penser les tensions qui traversent notre monde contemporain et les évolutions qui marquent nos sociétés : par exemple en ce qui concerne le rapport aux institutions politiques et aux formes de l’expression démocratique, ou encore en ce qui concerne les constructions sociales de l’identité, à travers les prismes du genre, de la classe et de la « race ».

Le colloque proposé en mars 2018 à Lille fait suite au séminaire organisé à Curitiba (Parana, Brésil) en novembre 2017 par les co-porteurs du projet « TaFac » (César Candiotto, André Duarte, Philippe Sabot) : ce séminaire, tourné vers les recherches doctorales et post-doctorales en cours (en France et au Brésil), a été l’occasion de dresser un premier état des lieux des enjeux politiques et sociaux portés par la pensée de Foucault et certaines de ses réappropriations contemporaines (dans les domaines de la sexualité, du travail, des rapports entre vérité et pouvoir).

Le colloque « Discours et politiques de l’identité – avec et à partir de Foucault » constitue donc une deuxième étape dans ces échanges transatlantiques et portera plus spécifiquement sur des questionnements contemporains liés à la thématique de l’identité. Seront ainsi travaillés, au cours des deux journées de colloque prévues, les 4 axes de recherche suivants, pour lesquels la pensée de Foucault permet d’apporter une expertise ou des modes de problématisation féconds :

1/ Identités et/en résistance : cet axe concerne les ressorts éthiques et politiques des modes de subjectivation pensés en alternative aux figures de l’assujettissement. Sont mobilisées dans ce champ les recherches de Foucault sur « le sujet et le pouvoir » ainsi que leur développement généalogique (du scandale du cynisme ancien aux logiques contemporaines de l’« émancipation »).

2/ Identités en tous genres : cet axe envisage le renouvellement profond des études de genre sur la base des propositions critiques de Foucault dans son Histoire de la sexualité – il sera tenu compte ici de la postérité transatlantique de ces travaux foucaldiens dans le champ des recherches sur les identités et les minorités sexuelles, thématique particulièrement vive au Brésil.

3/ Lost identities 1 (migrations) : cet axe de recherche concerne d’abord dans le monde contemporain la question des migrations et des formes d’identités qui se construisent dans l’errance, l’exil et le passage des frontières. L’examen des appropriations les plus actuelles du thème foucaldien de la « biopolitique » (faire vivre et laisser mourir…) est ici crucial et éclairant, surtout si on l’articule à une réflexion sur le statut de l’étranger et les fins de l’hospitalité.

4/ Lost identities 2 (logiques de l’exclusion et vulnérabilités sociales) : les identités perdues renvoient également, en relation avec le déploiement historique de la question sociale, à ces identités « négatives » des individus désaffiliés, en voie de marginalisation ou d’exclusion dans un monde orienté par la centralité du travail. La réflexion prendra appui ici sur une généalogie critique de la gouvernementalité libérale, telle que Foucault l’initie dans le cours Naissance de la biopolitique et telle qu’elle trouve à se prolonger dans la réflexion contemporaine sur le néo-libéralisme et les expressions de la souffrance sociale.

Avec Foucault (ISSN 2610-8763)

La pensée de Michel Foucault connaît depuis plus de trente ans un rayonnement international considérable. Ce rayonnement tient à ce que les principaux thèmes de la pensée de Foucault, en particulier ceux qui ont été développés dans son œuvre à partir des années 1970, sont apparus très rapidement comme des outils indispensables pour comprendre et analyser certains des enjeux majeurs de nos sociétés contemporaines :
– la nature et les formes de la confrontation politique dans l’espace public,
– le rapport entre les minorités (de genre, de « race », de classe) et les pouvoirs institués,
– la puissance transformatrice des luttes sociales et les paradoxes de la « résistance » civique (prise dans les relations de pouvoir auxquelles elle s’adresse),
– ou encore la question de l’identité (à travers les politiques de la sexualité et les normes du genre).
Ces thèmes ont été élaborés et déployés depuis plusieurs années dans le champ très riche des Cultural Studies, des études de genre et des réflexions sur l’articulation entre démocratie politique et question sociale (liée aux luttes des minorités).
Le projet TaFac (Travailler avec Foucault : approches contemporaines) se propose d’évaluer et de discuter l’actualité de notions centrales de la pensée foucaldienne comme celles de biopolitique, de gouvernementalité, d’assujettissement et de subjectivation, de norme (normalisation/normation), de résistance, d’identité. Cela suppose à la fois de restituer à ces différentes notions leur ancrage théorico-pratique, d’établir leur point d’émergence au sein des généalogies foucaldiennes et d’évaluer leur pertinence pour penser les tensions qui traversent notre monde contemporain et les évolutions qui marquent nos sociétés : par exemple en ce qui concerne le rapport aux institutions politiques et aux formes de l’expression démocratique, ou encore en ce qui concerne les constructions sociales de l’identité, à travers les prismes du genre et de la « race ».
Dans cette perspective, la confrontation des recherches menées en France et au Brésil autour ou à partir de la pensée de Michel Foucault constitue l’un des axes majeurs du projet « TaFac ». Il s’agit en effet de faire « réagir » les unes sur les autres les modalités d’appropriation et d’usage des concepts foucaldiens des deux côtés de l’Atlantique afin de nourrir des échanges autour de la valeur critique et de la portée politique de ces concepts. Pour faire droit aux effets d’hétérogénéité dans la réception et la reprise contemporaine de la pensée de Foucault en France et au Brésil, le projet « TaFac » s’ordonne autour de trois grandes thématiques de recherche qui orienteront les réflexions menées dans le cadre de rencontres transatlantiques (séminaires, colloques) et qui alimenteront le carnet de recherche.
1. Enjeux politiques contemporains : figures de la biopolitique : cette thématique se propose d’évaluer la pertinence du concept de « biopolitique » en interrogeant ses différentes déclinaisons contemporaines (de Foucault à Agamben, en passant par Negri et Esposito) et leur fonction stratégique au sein de notre actualité (par exemple pour penser notre rapport – politique, économique, culturel – aux phénomènes récents de migration).
2. Identités, genre et vulnérabilités sociales : les logiques de l’exclusion et la puissance de la résistance : cette thématique se propose d’interroger, à partir de Foucault, les politiques de l’identité (et de la reconnaissance) dans l’articulation qu’elles manifestent avec les problématiques du genre et la dimension de l’invisibilité sociale. Quelles formes de résistance opposer aux normes sociales qui orchestrent l’exclusion de certaines formes de vie, de certains corps ?
3. Histoire et théorie des discours : ressources critiques d’une épistémologie des savoirs : cette dernière thématique entend revenir sur l’articulation entre savoir et pouvoir, élaborée par Foucault dans le versant généalogique de son œuvre. Quelles sont les modalités d’élaboration (et de transformation) des savoirs qui organisent les formes de vie et qui soutiennent les opérations du pouvoir sur les vies ordinaires ? Et quelle place accorder aux « savoirs assujettis » dans la critique des institutions ?
Le carnet de recherche Avec Foucault (ISSN 2610-8763) sera ainsi un outil de réflexion philosophique au service des chercheurs en études politiques et sociales contemporaines.